Plan du site
العربية Български 中文 Čeština English Français Deutsch हिन्दी Bahasa Indonesia Italiano Bahasa Malay اردو Polski Português Română Русский Srpski Slovenský Español ไทย Nederlands Українська Vietnamese বাংলা Ўзбекча O'zbekcha Қазақша

Espace Client InstaForex

  • Paramètres personnels
  • Accès à tous les services de la société
  • Statistiques détaillées et rapports sur les transactions
  • Gamme complète des transactions financières
  • Système de gestion de plusieurs comptes
  • Protection maximale des données,

Espace Partenaire InstaForex

  • Informations détaillées sur les clients et commissions
  • Statistiques graphiques des comptes et clicks
  • Outils Webmaster
  • Solutions Web "prêtes à l'emploi" et large choix des bannières
  • Protection élevée des données
  • Actualités de la société, flux RSS et informateurs Forex
Ouvrir un compte de trading
Programme partenaire
cabinet icon

Encore une Lamborghini d'InstaForex!Et elle pourrait bien être la vôtre!

Créditez votre compte d'un montant minimum de 1000 dollars!

Accédez aux meilleures conditions de trading et offres généreuses! Six sport cars légendaires ont été déjà décernés! Mais ça va plus loin que ça! Une Lamborghini Huracan toute neuve vous attend déjà!

Investissez dans votre propre réussite!

Ouverture rapide de compte

Obtenir une lettre d'instruction
toolbar icon

Plateforme de trading

Pour les appareils mobiles

Pour le trading via un navigateur

Exchange Rates 31.05.2019 analysis

Les États-Unis et la Chine continuent à s'échanger des «politesses». Jeudi, Beijing a de nouveau alimenté le feu, comparant la position de Washington au «terrorisme économique». En attendant, la date de la prochaine réunion de la Fed approche et le régulateur est dans une situation extrêmement difficile en raison de l'intensification de la guerre commerciale, qui risque de devenir une guerre à grande échelle.

La Fed considère que le différend commercial est l'un des risques majeurs pour la croissance de l'économie américaine. Il est de plus en plus difficile pour les responsables financiers de maintenir une position neutre en matière de politique monétaire. À en juger par les contrats à terme sur le taux de la Fed, la probabilité de réduire les taux d'intérêt de 25 points de base d'ici septembre est de 50%.

Si les risques se matérialisent et la croissance du PIB commence à ralentir, la Fed devra agir plus rapidement que lors des récessions précédentes. Le fait est que les taux à court terme se situent dans la fourchette historiquement basse de 2,25% à 2,2%. Avant de se lancer dans une politique d'assouplissement, la Banque centrale voudra s'assurer que le taux de ralentissement de la croissance dépasse les attentes. Les preuves d'une récession plus sévère peuvent être des rapports sur la confiance des entreprises et des consommateurs, ainsi que des chiffres de dépenses et d'embauche.

Il n'est pas exclu que la Fed commence à agir à l'avance, dans la mesure où la guerre commerciale risque de s'enflammer brutalement et que la politique monétaire sera mal définie. Les responsables suivent de près l'évolution des négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine, mais ils ne donnent aucune indication, ni signalent un changement probable de politique.

Il convient de noter que des modifications trop fréquentes des taux peuvent avoir des conséquences négatives sous la forme d'une volatilité accrue et d'une incertitude sur les perspectives des marchés et de l'économie dans son ensemble. Dans le même temps, il est à craindre que l'attentisme de la Banque centrale américaine présente des risques.

«L'attentisme et l'intention de voir de fortes preuves d'un affaiblissement de l'activité signifient que la Fed commencera à se ramollir trop tard, revenant à la manière habituelle, oubliant les leçons apprises en janvier et créant toutes les conditions d'une nouvelle réduction de taux», écrivent les experts.

La réunion de la Fed du 1er mai a été clôturée sur une note positive. Jerome Powell a dissipé les attentes du marché concernant la réduction des taux cette année, soulignant que la récente détente de l'inflation était un facteur temporaire. Cependant, depuis lors, certains changements ont eu lieu. Donald Trump a augmenté les droits de douane de 10 à 25% sur les importations chinoises pour un montant d'environ 200 milliards de dollars, ce qui a encore aggravé la situation. Pékin n'a pas tardé à réagir et a répondu.

À l'heure actuelle, l'inquiétude est liée à la hausse du PIB mondial, tandis que l'économie des États-Unis s'équilibre entre les indicateurs fortement détériorés et ceux qui se trouvent entre la croissance et le déclin.

Les données sur le commerce et la production indiquent une baisse plus sérieuse du moral des entreprises et une réduction des investissements en capital par rapport aux prévisions précédentes. Selon IHS Markit, l'indice préliminaire de la production industrielle américaine est tombé de 52,6 en avril à 50,6 en mai, atteignant son plus bas niveau depuis septembre 2009. L'indice d'activité dans le secteur des services est tombé à son plus bas niveau en trois ans - 50,9, contre 53 auparavant.

Qu'adviendra-t-il du dollar ?

Le dollar par rapport au panier des principaux concurrents se tient près des sommets des deux dernières années. Il est aidé par le statut de monnaie de réserve mondiale, qui a tendance à attirer l'attention en période de turbulences sur les marchés et de tensions politiques. Le dollar continue de se renforcer, notamment en raison de la faiblesse de l'euro, victime d'un nouvel affrontement politique entre l'Italie et l'UE et de la livre sterling, tombant sur les nouvelles concernant le Brexit.

Jeudi, la devise américaine ne semblait pas remarquer le PIB révisé à la baisse pour le premier trimestre et l'indice PCE, que la Réserve fédérale surveille de près lors de l'évaluation des risques d'inflation.

Exchange Rates 31.05.2019 analysis

Dans la période de Janvier à Mars, l'économie américaine a progressé de 3,1% en termes de taux annuels, alors qu'auparavant il s'agissait de 3,2%. L'indice PCE a légèrement progressé de 1% depuis le quatrième trimestre de 2015, après une hausse de 1,8% au trimestre précédent. La première évaluation indiquait un taux de croissance de 1,3%.

Les experts de Julius Baer estiment que la tendance à la hausse du dollar se termine. Cela est dû aux changements de l'économie américaine en termes de dynamique du PIB. Les États-Unis commencent à perdre leur avantage par rapport aux autres pays et à la croissance de l'économie mondiale dans son ensemble.

JPMorgan a également parlé négativement des perspectives du dollar. La banque estime que la Fed devra assouplir sa politique monétaire. L'escalade du conflit commercial entre Beijing et Washington a un impact négatif sur les perspectives économiques des États. Au deuxième trimestre, la croissance ne devrait être que de 1%.

Performed by A Zotova,
Analytical expert
InstaForex Group © 2007-2019
Benefit from analysts’ recommendations right now
Top up trading account
Get a bonus from InstaForex

InstaForex analytical reviews will make you fully aware of market trends! Being an InstaForex client, you are provided with a large number of free services for efficient trading.